25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 08:00

Durant une guerre, nombres de vies sont sacrifiées. Rares sont ceux qui mettent la leurs en avant, pour en sauver d'autres. Jean Maridor est de cela.

Le 3 août 1944 un V1 se dirige droit vers un hôpital Anglais. N'ayant plus aucune solution, Jean Maridor plongea délibérément sont spitfire en direction du missile, tire une rafale beaucoup trop près et explosa.

 

IMGP6754

Portrait de Jean Maridor.

 

Jean Maridor nait le 24 novembre 1920 à Graville. Ce fils d'un couple de commerçants devient, dans sa jeunesse, un admirateur de l'aviation. Il passe son temps libre sur le terrain d'aviation de Bléville et rend des petits services, comme le nettoyage des avions, de temps en temps récompensé par des vols.

 

Il devient apprenti coiffeur et s’inscrit à l'aéro-club du Havre. Paul Grieu, chef pilote, le repère pour son aptitude à être à l'aise dans les airs et convivial avec les autres. C'est monsieur Yves Dubosc qui va lui laisser sa chance en lui donnant les commandes de son Caudron Aiglon.

 

Paul Grieu le prend ensuite sous son aile pour le former au brevet 1er degré, qu'il obtient en décembre 1936 après avoir remporté toutes les épreuves. Il est alors le plus jeune pilote de France à 16 ans. Trop jeune, car la réglementation stipule qu'il faut avoir 17 ans. Après dérogation, il obtient son brevet le 23 juin 1937. Il adhère à la section d'aviation populaire et obtient son 2ème degré en décembre. Il poursuit inlassablement ses heures de vols.

 

Le 15 février 1939 voit s'assombrir cette belle histoire. Paul Grieu, le mentor de Jean, est perdu dans le brouillard. Il s'écrase à bord de son Farman 402 à proximité du terrain de Bléville. Malgré cet épisode tragique, Jean continue son cursus et s'inscrit au concours de l'école de l'air d'Istres, où il est reçu brillamment en mai 1939.

Il s'engage pour 5 ans dans l'armée de l'air. Il part pour Tours au moment de la mobilisation et va ensuite entrer à l'école d'Angers-Avrillé. Durant cette période que l'on appelle la drôle de guerre, Jean parfait sa formation et sort N°1 de la promotion Z.

Il est affecté à l’école de chasse d’Etampes, avec le grade de caporal. Suite à l'avancée des troupes allemandes, l'école d'Etampes part pour la Rochelle, première étape du repli lors de la débâcle, qui va le conduire jusqu'à Saubrigues dans les Landes. Le 18 juin 1940, il décide avec ses camarades de partir pour l'Angleterre.

Grâce à l’aide de soldats polonais qui leurs donnent des insignes portant l’Aigle impérial qu’ils accrochent sur leur veste et un bérêt kaki qu’ils coiffent sur leur tête, Gérald Léon, Roland Leblond, Maurice Traisnel, Claude Béasse, René Le Bian et Jean Maridor parviennent à monter à bord du navire Arandora-Star à Saint Jean de Luz en partance pour l'Angleterre. Le 24 juin 1940, le navire appareille et ils décident d’appeler leur petite escadrille « La Patrouille ».

 

 

IMGP6753-copie.jpg

  Combat avec un Focke Wulf 190, une de ses victoires.

 

Arrivé dans ce pays, il passe plusieurs semaines dans un camp militaire, jusqu'à cette fin septembre où il rejoint l'école de l'air d'Odiham. Il reprend pratiquement tout à zéro sur plusieurs bases écoles. Entre-temps, il est nommé sergent et vole pour la première fois sur un chasseur Hawker Hurricane le 15 mai 1941. Puis le 26 août 1941, il est affecté au 615 Squadron baptisé « Squadron Winston Churchill » équipé de Supermarine Spitfire.

 

Désormais basé à Manston avec d'autres camarades français, il est au plus près des combats. Il est ensuite affecté au 91 squadron le 12 février 1942, où il est considéré comme un pilote de la RAF à l'instar de ses autres camarades des Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL).

 

A partir de ce Squadron, qui est l’un des plus prestigieux de la RAF, va s'écrire l'une plus palpitantes aventures et l'un des plus beaux palmarès Français. Il va effectuer 434 missions dont 199 offensives. Plusieurs fois gravement touché par la DCA ennemie, il réussira à rentrer, non sans difficultés, en Angleterre.

Il a abattu 3 avions et ½ en collaboration, 2 autres probables et en a endommagé 3 autres. Il a coulé ou endommagé 20 bateaux, détruit des dizaines d'objectifs au sol.

 

 

IMGP6752.jpg

  Jean Maridor se dirigeant vers son Spit.

 

A partir du 18 juin 1944, le 91 squadron, alors équipé de Spitfire MK-XIV, se consacre principalement à la chasse à la terrible bombe volante V1. Jean Maridor va détruire 6 de ces engins plus un ½ en collaboration avec un autre pilote.

 

 

IMGP6755.jpg

  La chasse aux V1.

 

Le 3 août 1944, un V1 arrive sur l'Angleterre, Jean le prend en chasse. Après plusieurs salves de ses canons, le V1 est touché. Il n’explose pas mais, déséquilibré par l’impact, se dirige sur une école reconvertie en hôpital à Benenden dans le Kent. Voyant le drame qui allait survenir, il pousse la vitesse de son Spitfire au maximum et tire une salve trop près de la bombe qui explose, entrainant dans la mort Jean Maridor.

 

Une semaine plus tard, il devait épouser la jeune Britannique, Jean Lambourn, officier de la Women’s Auxiliary Air Force (WAAF) dans la RAF. Son sacrifice a permis de sauver des centaines de vies.

 

 

IMGP5657 Jean Maridor repose au cimetière Sainte Marie, depuis le rapatriement de son corps au Havre en 1948.

 

 

Samedi et dimanche 2 et 3 aout 2014 auront lieu les commemorations du 70e anniversaire de sa disparition.

Deux expositions sont proposées, une sur Jean Maridor et une sur l'histoire de l'aviation havraise, dans les locaux de l'aéro-club du Havre.

Privilégiez les après midi.

 

Cet article n'est qu'un petit résumé. Pour en découvrir plus, je vous conseille très vivement de regarder le travail de monsieur Jean Claude Augst sur le site internet "capitaine Jean Maridor" > ici

Jean Claude Augst proposera durant le week end une conférence par jour à partir de 15h à l'aéro-club du Havre.

 

*Merci à DAN (Daniel Haté auteur des oeuvres) et Michel Gouyer pour l'autorisation de diffuser les peintures ainsi que Jean Claude Augst, pour l'aide apporté à la conception du texte.

Partager cet article

Repost 0
Published by boboce - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

DAN 03/08/2014 10:36


J'écris ce commentaire un 3 août, alors qu'il me soit permis de rendre hommage ici à cet aviateur Havrais Jean Maridor.
Merci pour les tableaux boboce.

boboce 07/08/2014 08:50



De rien Dan, c'est normal!


A+



Mica 30/07/2014 11:25


Etant donnée l'inutilité parfaite de cette ligne à contre sens (LYON > LE HAVRE et pas LE HAVRE > LYON) qui n'assurait pas les correspondances AF, on peut considérer que l'aéroport était de
fait privé de ligne depuis bientôt un an. Pour ne pas dire plus puisque la ligne CHALAIR n'était guère mieux.


Alors que les autres lignes ont fermé il y a déjà plus de 10 ans, force est de constater l'arrêt total des lignes régilières en Haute Normandie.


Je ne vois pas quel opérateur pourrait relancer la ligne sauf AF qui a déjà jeté l'éponge il y a 3 ans...


N'importe qui d'autre (par ex. EASTERN AIRWAYS) essuiera le même échec, la clientèle point à point ne permettant pas d'atteindre l'équilibre. Ce d'autant que la zone de chalandise déja réduite du
Havre est grogontée par l'attractivité de Caen et de ses CRJ HOP (100.000 pax annuels) qui permettent de rejoindre la France entière en AR journée.


A part une délocalisation de HOP à Deauville (très improbable) ou une solution "double touché" LYS/CFR/LEH comme il y a 15 ans, je ne vois pas de solution satisfaisante.

boboce 07/08/2014 09:04



Comme je viens de le dire à Cris06, il sera très dur de faire revenir un jour Air France, du fait que la Codah ne peut plus payer de subvention au
compagnie.


Si, il veulent que la plate-forme d'Octeville refonctionne, il faudra avoir une politique commerciale quasi aussi agressive que Caen qui est indirectement
notre meilleur allié.


 


Merci


A bientôt



Béné 29/07/2014 12:32


Bien triste nouvelle pour notre aéroport:


http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/2014/07/29/la-liaison-aerienne-le-havre-lyon-s-arrete-la-fin-du-mois-de-juillet-524561.html

boboce 07/08/2014 09:05



Salut Sister


 


En plus s'était indiqué que les rotations s'arrêterait le 31 juillet et l'on été une semaine auparavant.


A dans deux jours.



phyll 28/07/2014 17:23


salut boboce,


sympathique résumé de cette page d'Histoire et qui en plus est joliment illustré par les oeuvres de notre pote !!!


(c'est bien calme sur la blogo..... vacances obligent !!)  

boboce 07/08/2014 09:07



Salut Phyll


 


Oui c'est calme, de plus le roi de la glandouille entamme sa troisième années.


A+



Aviation Le Havre

  • : aviation le havre
  • aviation le havre
  • : bonjour il s'agit d'un blog sur l'aviation au havre et sa proche région. Son histoire ainsi que tous les appareils de passage dans la region
  • Contact

Recherche