25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 09:00

Henri-paul-copie-1.jpg Une exposition (gratuite) consacrée aux usines Schneider, se déroulera au musée municipal d'Harfleur, à partir du 27 novembre 2010. Je profite de celle-ci pour vous parler du seul avion construit dans les installations Harfleuraises.

 

usines

La sortie des ouvriers des usines Schneider. (aujourd'hui pont VlII)

Les industries Schneider spécialisées dans la sidérurgie, produiront des munitions et de l'armement, c'est le cas aux usines Harfleuraises. Cette dernière fut implantée en 1907. En plus des bâtiments, elle disposait d'un champs de tir de 17 Km sur 4 Km, sur une partie de ce qui est aujourd'hui la « zone industrielle » .

 

champ de tir

Le champ de tir du Hoc.

 

Suite à un programme d'avion d'assaut blindé, lancé par l'armée durant la deuxième moitié de la première guerre mondiale, Schneider se consacra au projet. Étant spécialiste de l'alliage métallique léger, l'appareil devait être réalisé de la sorte. Il sera le premier avion Français presque entièrement métallique.

 

schneider henry paul 5 - Copie

La cellule de "l'Henri-Paul" préparée pour les essais de solidité. Tous les sacs de sable vont être placé sur toute la surface des ailes.

 

schneider henry paul 6

Les mecanos s'occupent des moteurs montés en tandem.

 

Il s'agissait d'un biplan de 30m d'envergure pour une surface alaire de 220m2 et sa longueur 19,98m. Il était équipé de quatre moteurs Lorraine 12DA de 370ch montés en tandem dans deux nacelles, utilisant le principe du Push-pull (un moteur qui tracte et l'autre qui pousse). Son poids est de 10 tonnes en pleine charge et pouvait voler à 160 Km/h sur 750Km.

 

--schneider-henri-paul-photo.jpg

"Henri-Paul" avec son train supplémentaire à l'avant, pour éviter de basculer cul par dessus tête (cheval de bois).

 

Il était aussi prévu de lui installer un canon de 75mm, mais au vu de sa grande taille, l'état choisi de le transférer dans un programme tout autre, celui des bombardiers lourds de nuit.

 

le hav 145 - pour blog

Le revoici sans le train avant, voyez la taille de la bête par rapport aux personnages en dessous (hauteur 6,10m).

 

le hav 147

Le voici en position de vol.

 

Le premier vol du Schneider « Henri-Paul » eut lieu sur le terrain de Bléville en septembre 1922. Au troisième vol, il rejoint la base de Villacoublay, pour y faire ses essais au sein de l'armée.

 

schneider henry paul 5

Décollage du "Henri-Paul".

 

schneider henry paul pubPub des industries Schneider. "cliquez sur l'image pour l'agrandir "

 

Cet appareil resta unique, car aucune commande ne fut planifiée après l'abandon du programme par l'état.

 

schneider henry paul planche

Plan trois vues.

 

Monsieur Borget j'ai trouvé le fin mot de l'histoire pour le premier vol de l'avion. Contactez moi si vous avez vu ce message! Merci

 

Horaires du musée du Prieuré d'Harfleur 15H à 18H, les mercredi, samedi et dimanche.

*Source: archives municipales du Havre, Aviation magazine, Fana de l'aviation.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by boboce - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

BORGET Michel 11/06/2012 16:26


Merci à tous  pour les renseignements que vous m'avez apportes, ils m'ont permis de me pencher sur ma documentation et sur les photos que je possède. Voici, en gros, ce que j'ai pu en
déduire/


- le Sch.2 S3 a bien été assemblé dans l'usine Schneider de Gonfreville- L'Orcher, avec des pièces réalisées à l'atelier de fonderie Schneider de Montchanin.


- le Sch.2 S3 sort de l'usine de Gonfreville à la fin Août 1922. Les photos n° H 2880 et H 2881 ont été prises sur le champs de tir voisin immédiat de l'usine Schneider  le 6 Septembre 1922
(date inscrite au crayon au dos des photos).


- le premier vol du quadrimoteur  a vraisemblablement eu lieu sur le champs de tir voisin de l'usine de L'Orcher ( 17 km de long sur 4 km de large) largement suffisant pour le quadrimoteur,
qui possède une longueur de roulement au décollage de 300 m ( et de 200 m à l'atterrissage) . La proximité de ce terrain large et dégagé évite de transporter cet engin de 10 tonnes
vraisemblablement débarrassé de ses ailes et sans doute avec son fuselage divisé en un ou plusieurs tronçons , sur 10 km de routes étroites .


- la photos MA 40 483 présente le Sch. 3 sans roue avant anti-crash. Il ne s'agit pas d'un trucage de photo ( comme celà s'est produit sur les deux clichés précités), mais bien du second Sch.3 n°
02 assemblé à l'usine Schneider de Saint-Ouen au début de Décembre 1922. Le n° 01 étant en essais à Villacoublay après son voyage mouvementé de Gonfreville à Villacoublay, il a semblé plus simple
d'utiliser le n° 02 pour l'exposer au Grand Palais le 14 Décembre de cette année (l'Air du 20 Novembre 1922), alors que son prédécesseur était en essais de réception à Villacoublay (presse de
l'époque).


- l'Aérophile du 1er Juin 1924 p.195 indique " que le biplan à carcasse métallique a executé une série de vols de mise au point, puis ses vols de performances d'une façon satisfaisante, ce qui
signifie que le Sch.2 aurait volé jusques là.


Veuillez me dire ce que vous pensez de ces quelques déductions et merci de me donner votre avis sur ces déductions . M. BORGET

boboce 15/06/2012 20:48



Monsieur Borget bonsoir.


 


C'est tout à fait plausible, car je me suis toujours demandé, comment ont-ils put emmener cet avion à Bléville et le réassembler, alors qu'il n'y avait
certainement pas de hangar à l'époque.


Comme je le dis souvent, pour faire des articles historiques on se base sur des écrits car il n'y a certainement plus de témoin de l'époque. Et si des
erreurs ont été retranscrite ou tout simplement si il n'y a rien, on ne peu pas inventer. Ensuite on peu déduire certaines choses selon les renseignements que l'on dispose.


 


Je vous remercie pour ces éclaircissements.


Et vous souhaite un excellent week end.


 


 


J'ai trouvé la solution


Si vous lisez ce message  contactez moi?



Laurent V. 22/05/2012 23:33


Bonsoir,
j'ai ressorti le livre "des Hommes... une Entreprise", écrit par Antoine FISZLEWICZ en 2004, afin de vérifier ce qu'il disait sur cet avion ; voici la retranscription du texte de la page 33 :
[...]
En hommage à Henri-Paul, fils d'Eugène, qui est mort en combat aérien durant la première guerre, cet avion sera appelé H.P. Il est totalement assemblé et réglé aux usines d'Harfleur (G.O) et du
Havre. C'est du bel ouvrage : un quadrimoteur biplan de 1600 cv pouvant emporter une charge utile de 1800 kg, soit 1200 kg de bombes (   !), deux mitrailleuses et l'équipage. Sa vitesse
maximale peut atteindre 160 km/h. Son autonomie est de 750 km. Ce n'est vraiment pas mal du tout pour l'époque. En septembre 1922, Jean Cassale, marquis de Montferrato, est "prêté" par Louis
Blériot à Schneider. Il décole ainsi du Havre-Bléville pour rejoindre Villacoublay et y poursuivre les essais. Mais l'armée ne s'intéressera pas au H.P. Ce sera un échec.
[...]


Aéronautiquement,
Laurent V.

boboce 23/05/2012 08:19



Bonjours Laurent


 


Merci pour toutes ces informations qui je l'espère feront avancer les interrogations de monsieur Borget.


Il y a longtemp que l'on s'est vu, vas-tu à la Ferté?


 


Bonne journée


A+



BORGET Michel 22/05/2012 17:20


Dans votre document sur le Schneider S.2 "Henri-Paul"vous donnez trois photos de cet avion; pourriez-vous me dire à quelle date et où ont été prises les seconde et troisième photos;
 Sauriez-vous-également à quelle date et où cet appareil a effectué son premier vol, je ne crois pas que ce soit à Bléville.

boboce 22/05/2012 22:28



Monsieur Borget bonsoir.


 


Ces photos ont certainement été prise lors des essais à Villacoublay. Car il n'y avait pas de hangar de cette taille à l'époque à Bléville.


Je sais que vous avez co-écrit l'article concernant cet appareil dans le Fana de l'aviation.


Il est vrai que beaucoup d'informations proviennent de cet article. Au Havre, il y a peu ou pratiquement pas de documentations sur le sujet. (Peut être au
Creusot)


Rien en effet permet d'affirmer ou d'infirmer que le premier vol est eu lieu à Bléville.


Il existait en 1922 un terrain d'aviation officiel au Havre, à côté du fort de Frileuse, devenu depuis le quartier d'Aplemont. Il n'était pas assez grand.
Bléville de son côté était utilisé depuis longtemps, mais les terrains étaient prêtés selon les bonnes volontés du propriétaire et n'étaient pas forcéments aménagés. (Ils sera inauguré
officiellement en 1928.)


L'avion a dut être assemblé à Bléville. Comme il est dit dans l'article, il a fait ses  1e et 2e vols à Bléville et ensuite rallier Villacoublay qui
était un terrain d'aviation plus adapté à ce genre d'avion.


 


J'ai peut être une solution pour savoir si il a fait son premier vol à Bléville, la presse Havraise a dut en parler.


 


Je vous remercie pour votre visite dans le blog.


Et vous souhaite une excellente soirée.


 


A bientôt.



ValochL 04/12/2010 15:10




Bonjour,


merci pour cet article sur un avion peu connu dont j'avais eu connaissance par le Fana 363 de février 2000, puis par le livre "des Hommes... une Entreprise"
écrit par antoine FISZLEWICZ pour le CE d'Hurel-Hispano en 2004, maintenant Aircelle. Ce livre, qui raconte l'histoire du site du pont VIII et surtout de ses ouvriers, était donné par le
CE, il y en reste peut être encore...


 


En complément, voici un résumé de l'histoire de Schneider à Aircelle que j'ai réalisé en juin dernier que vous pouvez consulter / télécharger à cette adresse :
https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=0B3Udm8u_Gq5eODkwYjg0MWUtMDg2Mi00MmU1LWEwM2EtN2MzZWY5NjBiNWY0&hl=en


 



Je ne suis pas encore allé voir l'expo à Harfleur dont la pub commence à se faire par bouche à oreille.


 


Aéronautiquement,


Laurent V.




boboce 04/12/2010 19:56



Bonjours Laurent


Le livre "des hommes... une entreprise" ne doit pas être courant et je ne suis même pas sur qu'il l'ai aux archives harfleuraises.


Très intéressant, ce résumé qui complète bien cet article.


Merci


Bonne soirée.



phyll 26/11/2010 12:37



Superbe et interessante Histoire locale !!


un rendez-vous à prendre avec les potes pour visiter cette expo ! (pas un Jeudi !....).....


ps: et j'aime beaucoup la vue du pont VIII de l'époque !!!



boboce 26/11/2010 12:58



Salut Phyll


La vue du pont VIII est la vue classique des usines.


Oui, si tu ne veut pas reproduire la même aventure que l'autre jours, évite le jeudi, mais aussi le lundi, le mardi et le vendredi.


A+



Aviation Le Havre

  • : aviation le havre
  • aviation le havre
  • : bonjour il s'agit d'un blog sur l'aviation au havre et sa proche région. Son histoire ainsi que tous les appareils de passage dans la region
  • Contact

Recherche