20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 09:00

Leon Molon naît le 12 janvier 1892 à Arras dans le Nord. De famille aisée son père est négociant en cuir. Dès l'âge de 6 ans, il fait de la bicyclette, et gagne un prix à Douai en 1899. Il va continuer les compétitions cyclistes durant toute sa jeunesse. Leon Molon, pour suivre ses études commerciales, monte au Havre où se trouve l'entreprise familiale.

 

L-molon-5.JPG

L-molon-3.JPG

 

 

 

 

 

Léon Molon dans sa jeunesse et à la fin de sa vie.

 

 

 

 

 

 

 

A la fin du XIXe siècle apparaissent de nouveaux moyens de locomotions comme l'automobile. A même pas 18 ans son père lui offre une auto de marque Bollée. Il se met à réparer les premières voitures Havraise, il passe aussi son permis de conduire le 17 juillet 1899, récemment devenu obligatoire.

 

L-molon-8.JPG

La Bollée de Léon Molon.

 

Il devient compétiteur automobile à partir de 1902 et remportera de nombreux grand prix comme le Monté-Carlo, Brookland, Le Mans etc... Mettant de côté les affaires familiales, il installe un garage place de la bourse.

 

IMGP0414 - Copie

IMGP0461 - Copie

 

 

 

 

 

 

 

Deux photos, montrant le garage Léon Molon.

 

L-molon-2.JPGLeon Molon à la ferme Rousselin, futur terrain de Bléville.

 

L'aviation commence à prendre de l'essor et en 1909, il achète un Blériot XI type traversée de la Manche. Au vu de ses qualités de pilote, Louis Blériot l'engage dans son équipe afin de concourir au divers meetings de 1909 auquel il se classera au place d'honneur. A la fin de cette saison, son avion arrive en caisse sur le terrain de la ferme Rousselin à Bléville. Ses frères Lucien et Louis(1) l'aide à monter l'avion. C'est le 23 novembre 1909 à 16H45 qu'a lieu le premier vol, officiel, d'un aéronef à moteur au dessus du Havre, deux autres vols suivront le 26.

 

L molon 9

Léon Molon lors d'un de ses très nombreux vols.

 

Le 6 janvier 1910 il passe son brevet de pilote, il aura le numéro 25(2). Il effectue régulièrement des promenades dans la région Havraise, l'une d'elle fini dans l'eau près de l'hôtel Frascati. Il participe à de nombreux meetings jusqu'en 1914, dont celui de la baie de Seine en 1910.

 

IMGP9619 - C

L'épave du Blériot.

 

L molon 4

Leon Molon dans son Blériot en compagnie d'un passager, peut être le journaliste premier passager Havrais.

 

Pendant le première guerre mondiale, il est instructeur chez Caudron au Crotoy et à Bleville. Après la guerre, avec d'autres membres, il relance l'aéro-club du Havre en 1919, il y est le président de 1923 à 1934 et président d'honneur par la suite. Léon Molon possède plusieurs avions. Avec ses frères, il est propriétaire de quatre garages dont certains seront gravement endommagés par les bombardements de la deuxième guerre mondiale.

 

L-molon-7.jpg

Parmi ces Potez, il y a celui de de Leon Molon durant un rallye aérien dans les années 30.

 

IMGP5169.JPG

Leon Molon au commande de son Farman 402. Le message est dédié à Jean Maridor (photo AC le Havre)

 

Depuis les années 30, il est appelé Vieille Tige, du fait qu'il était le plus ancien pilote volant régulièrement dans le monde. En 1950, il est fait chevalier de la légion d'honneur. Il décède en juillet 1952 à l'âge de 70 ans.

 

L-Molon-1.JPG

Léon Molon devant le prototype du Nord 1200 Norécrin.

 

(1) Lucien et Louis Molon passent leurs brevets de pilote (les N°234 et N°235) le 4 octobre 1910. Ils construisent leur propre avion, semblable au Blériot mais avec un moteur Gladiator de 15ch. Délaissant rapidement l'aviation, ils s'occuperont de leurs affaires et de l'entreprise familiale de chaussures et de guêtres.

 

L-molon-6.JPG

Léon Molon entouré par ses frères.

 

(2) Les brevets de pilotes était numéroté et le sont toujours, mais il est important pour l'histoire de donner le numéro de ces pionniers et surtout les cents premiers. Le N°1 est Louis Blériot, le second Glenn Curtiss, le troisième Leon Delagrange etc... Vous retrouvez tous les noms les plus connus de l'histoire de l'aviation comme les frères Wright, Breguet, Farman, Santos Dumont, Esnault-Pelterie entre autres.

 

IMGP1418.JPG

 

*Sources archives municipales du Havre, presse locale.

L-molon-usine-copie.jpg

IMGP1490.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by boboce - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Bene 22/11/2012 10:09


toujours aussi intéressant tes articles!


J'ai lu ça sur le site de Paris-normandie: http://www.paris-normandie.fr/actu/un-avion-convoye-sur-l%E2%80%99autoroute


a+

boboce 22/11/2012 15:19



C'est inadmissible, un Jaguar passe au Havre et "Aviation le Havre" n'est pas prévenu?


Je rigole, mais pour la peine, je vais m'avancer pour le lieu final de sa destination.


IL parle d'un particulier dans la Somme. Le seul qui peut avoir ce genre de bibelot dans cette région est la collection Betrancourt à Albert, d'autant qu'il
en a pas.


C'est le Jaguar A015. On en parlera dans la prochaine quinzaine, car on vient de m'envoyer des photos (pas au Havre).


Merci pour le lien


A+



phyll 21/11/2012 18:12


salut boboce,


une découverte pour moi que cette bio de Léon Molon !!.... merci pour cet article très bien construit !!!


à+ !

boboce 22/11/2012 16:18



Salut Phyll


 


Et encore j'ai oublié les éloges dont parfois j'exagère. J'aurai put dire qu'il est le père de l'aviation Havraise, celui sans qui elle n'aurait pas été
aussi riche. Car en effet on le retrouve partout, dès qu'on parle d'avions dans les journaux jusqu'à pratiquement la seconde GM, il est présent. En résumé c'est un personnage
central.


 


A bientôt



marcopolo76 21/11/2012 10:55


Salut Boboce


Beaucoup de respect pour ces hommes qui n'avaient pas peur de voler sur ce genre de machine..!


Le progrès n'avait pas de prix ..!


Merci de m'avoir permis de faire connaissance avec ce Monsieur ..!


Marco

boboce 22/11/2012 16:05



Salut Marco


 


De rien, je suis là pour ça.


Aujourd'hui, beaucoup d'Hommes ont encore une appréhension de l'avion (moi le premier) alors que c'est devenu machinal. A l'époque des débuts de Molon, un
Blériot était ce qui se faisait de plus moderne et de "plus sur" mais il ne savait pas encore comment on volait. L'aile d'un Blériot ou de tout les autres avions de l'époque avec un profil creux,
n'ont rien à voir avec les ailes apparut 10 ou 20 ans plus tard.


Au début, les constructeurs d'aéroplanes pensaient que s'était la portance sous les ailes qui comptait alors que s'est la courbure du dessus de l'aile qui
fait qu'elle est aspiré vers le haut lorsque l'avion avance. Maintenant c'est facile de le dire.


 


Bonne soirée


A+



DAN 20/11/2012 22:53


 


Salut boboce,
Une histoire bien charpentée, bravo c'est très clair et précis.
Je connais le nom de Léon Molon en aviation, mais je n'avais jamais étudié sa vie d'aussi près. En tant que collectionneur de CPA il y en a quelques-unes sur
les ateliers Molon.
Faire un avant/après, comme le suggère Laurent, sur le garage Léon Molon serait en effet intéressant pour peu d'avoir une photo précise de son
garage.
En tous cas un homme très intéressant et une histoire qui ne l'est pas moins et bien racontée par toi en plus ce qui ne gâte rien, bravo boboce ! 

boboce 22/11/2012 15:40



Salut DAN


Ce n'est qu'un résumé de sa vie, car il y en a des choses à dire sur cet homme. Je ne sais pas si il n'est pas plus connut dans le monde automobile,
qu'aéronautique.


 


Sinon, il y a de grande chance que l'on se voit saturday et je pense qu'il y aura plus de monde pour te voir à la Galerne que de supporters au stade pour le
HAC.


Je te souhaite donc un très agréable week end.


A+



Laurent V. 20/11/2012 21:37


Bonjour Boboce,
très intéressant et très bien documenté ton article ; le garage de la bourse, une idée d'avant / après pour Dan ...

Pour les brevets délivrés par  l'Aéro-Club de France à partir de 1910, les 16 brevets qui avaient déjà été octroyés sans examen à des aviateurs confirmés ont été classés par ordre
alphabétique. Le brevet numéro 1 est donc celui de Louis Blériot et le dernier à Wirbur Wright.

Respect quand même à ce pionnier qui a eu 70 ans de vue palpitante. Qui a dit que piloter (voitures et avions) était dangereux, avec les 93 ans de Claude Raoul-Duval (Spit de Tancarville), nous
avons 2 superbes contre exemples. 

Aéronautiquement,
Laurent V.

boboce 22/11/2012 15:33



Salut Laurent


 


Les vieilles tiges ou encore les moustachus, comme on dit, qui sont toujours présents auraient beaucoup de choses à raconter.


Pour Molon du Blériot au Norécrin que de chemin parcourut.


Pour un avant après de DAN avec le garage, le problème est d'en trouver une carte postale.


Bonne fin de journée


A+



Aviation Le Havre

  • : aviation le havre
  • aviation le havre
  • : bonjour il s'agit d'un blog sur l'aviation au havre et sa proche région. Son histoire ainsi que tous les appareils de passage dans la region
  • Contact

Recherche